"Star Trek : le film" : Quand l'Enterprise passe du petit au grand écran

Date de sortie française : 6 décembre 1979

Réalisateur : Robert Wise

 

 

Lire la suite 2 commentaires

A couteaux tirés, polar délectable !

Date de sortie française : 27 novembre 2019

Réalisateur : Rian Johnson

 

Acteurs : Daniel Craig, Ana de Armas, Chris Evans, Jamie Lee Curtis et bien d'autres !

Lire la suite 0 commentaires

Selfie, ou le retour des comédies françaises drôles !

Aujourd'hui, je vais vous présenter "Selfie, de l'influence du numérique sur les honnêtes gens", un bijou d'humour caustique vu en avant-première aux Utopiales et l'un des films les plus drôles que j'ai vus depuis longtemps ! Et pour cause, il a reçu en septembre, des mains de Jean Dujardin (dictateur du jury et seul membre), l'Amphore d'Or du FIFIGROT, alias le Festival International du Film Grolandais (je ne sais pas pour vous, mais pour moi, Groland est une référence !). C'est la récompense suprême dans ce festival, LE grand prix. Et c'est amplement mérité !

 

Selfie est un film de Tristan Aurouet (Narco), Thomas Bidegain (Les Cowboys, également connu en tant que scénariste pour ses nombreuses collaborations avec Jacques Audiard), Marc Fitoussi (Maman a tort, Dix Pour Cent), Cyril Gelblat (Tout pour être heureux) et Vianney Lebasque (Les Petits Princes, Chacun pour tous). Au casting, on retrouve aussi du beau monde, puisque la géniale Blanche Gardin ouvre le bal, suivie d'Elsa Zylberstein, Max Boublil, Manu Payet, Finnegan Oldfield, Marc Fraize, Julia Piaton, Sébastien Chassagne, Sam Karmann, Estéban... Il sort le 13 janvier 2020 sur nos écrans. L'affiche donne le ton, et vous pouvez retrouver mon avis dithyrambique ci-dessous !

 

Lire la suite 0 commentaires

Utopiales 2019 : mes courts-métrages préférés !

Les projections de courts-métrages aux Utopiales rencontrent toujours un grand succès : avoir l'opportunité de visionner 7 ou 8 films par session (en général, il y en a 4 tout au long du festival, diffusées deux fois chacune), cela permet de découvrir qui seront les réalisateurs de demain, quelles histoires ils ont à raconter et leur manière de les filmer. En quelques minutes, le message est transmis, que la mise en scène soit conventionnelle ou plus expérimentale. Sans oublier le fait que la plupart de ces films sont difficiles d'accès pour qui veut les voir par ses propres moyens : pas de diffusion au cinéma, bien souvent seuls les festivals nous offrent la possibilité de les voir. Et c'est dommage, car je découvre chaque année des pépites ! Ce que j'attends d'un court-métrage ? La même chose que dans un long-métrage : une histoire puissante, de l'émotion, une interprétation, un rythme prenant, du plaisir ! J'ai des goûts éclectiques, on le sait, mais je préfère tout de même les films pas trop bizarroïdes !

 

J'ai décidé de vous livrer mes coups de cœur de cette édition et quelques-uns des années passées. Malheureusement, il est difficile de se les procurer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon coup de cœur de cette année va à un film de la session 3, la meilleure des quatre : CC, des soeurs Spear, avec l'excellente Jewel Staite (Cœurs rebelles, Firefly, Stargate Atlantis) en nounou robotique ultra-zélée qui supporte très mal son éviction imminente par sa patronne, la mère de la petite Addy, dont elle s'occupe à la perfection. Une confrontation magistrale, j'ai adoré  le jeu des actrices et l'émotion qui s'en dégageait ! Je n'ai pas trouvé de lien vers le film, juste des extraits et les interviews des réalisatrices.

 

 

 

Lire la suite 0 commentaires

L'Homme invisible (1933) : la folie du Dr Griffin

 

CREATION : H. G. WELLS

 

REALISATION : JAMES WHALE

 

DISTRIBUTION : 

 

Claude RAINS (Dr Jack GRIFFIN)

 

Gloria STUART (Flora CRANLEY)

 

William HARRIGAN (Dr Arthur KEMP)

 

 

MUSIQUE : Heinz Roemheld 

 

FORMAT  : 35mm (N&B)

 

DATE DE SORTIE : 3 novembre 1933

 

 

 

Grâce à un sérum de son invention, le Dr Jack Griffin (Claude RAINS) devient invisible, mais en raison d’effets secondaires il est pris d’une folie meurtrière et rêve de diriger le monde.

 

"L’HOMME INVISIBLE" est un film de science-fiction sorti en 1933 et réalisé par James WHALE à qui l’on doit notamment "FRANKENSTEIN" et "LA FIANCEE DE FRANKENSTEIN". Il s'agit d'une adaptation du roman d'H G WELLS qui était d'ailleurs consultant sur le film. 

 

Bien qu'il soit fidèle au roman, le film comporte quelques différences notables. Tout d'abord, GRIFFIN tue son collègue le Dr KEMP alors que dans le roman il l'épargne. Mr MARVEL le premier homme à qui GRIFFIN demande de l'aide est absent du long métrage. Enfin, FLORA la fiancée de GRIFFIN n'existait pas dans le roman mais a été inventée pour les besoins du film.  

Lire la suite 1 commentaires

Utopiales 2018 : Interview de Jim C. Hines, du cinéma entre les lignes

Lors du festival des Utopiales 2018, à Nantes, nous avons également eu l'honneur de rencontrer l’auteur américain Jim C. Hines. Connu en France pour ses séries fantasy "Le Gobelin" et "Magie ex-libris", publiées chez l'Atalante, il apparaît aussi au catalogue de Castelmore, éditeur de la série "Princesses Mais Pas Trop", qui redonne un rôle actif aux princesses de contes de fées. Tout droit sortis de son imagination, ces livres s'amusent pourtant beaucoup du folklore et de la pop-culture américaine et regorgent aussi de références à toutes sortes de franchises cinématographiques.

 

 

SSA - Vous avez publié une saga young adult, The Princess Series, dont tous les personnages sont des femmes avec des fortes personnalités, loin de l’habituelle princesse de contes de fées. Diriez-vous de ces romans qu’ils sont féministes et vous diriez-vous féministe ?

 

J.C.H. - Je dirais que je suis féministe, mais je ne me disputerai pas avec les gens qui pensent différemment. Pour moi, être féministe, c’est penser que les femmes et les hommes devraient être égaux, qu’il devrait y avoir une justice et un équilibre. Pas juste le croire, mais agir pour que ça se réalise. Par cette définition, oui, je suis féministe. Quant aux livres, probablement, oui. Je voulais surtout écrire des livres divertissants. Quand elle était beaucoup plus jeune, ma fille s’est trouvée dans sa période « princesses ».Elle regardait des films de princesses, réclamait des jouets de princesses, et la plupart de ces personnages étaient très passifs. Ces princesses se faisaient simplement secourir… C’est en réponse à ça que j’ai aussi écrit ces livres, pour permettre aux princesses de se sauver toutes seules, d’avoir leurs propres histoires, d’en être responsables. Ce qui, de nos jours, est féministe, je crois, mais ne devrait pas l’être. Tout le monde devrait avoir sa propre histoire. Certaines de mes critiques préférées sur ces livres viennent de temps en temps de chroniqueurs qui disent « Mais où sont tous les hommes ? ». (En français:) Je ne sais pas !

Lire la suite

Utopiales 2018 : Interview de John Scalzi, de la plume à l'écran

 

Lors du festival des Utopiales 2018, à Nantes, nous avons eu la chance de rencontrer l’auteur de science-fiction américain John Scalzi. De la science-fiction parodique (Redshirts) à une plume plus sombre (Les enfermés), John Scalzi est une référence du genre publié en France par la maison d’édition nantaise l’Atalante. Sa série la plus longue devrait voir son premier tome, le Vieil homme et la Guerre, adapté prochainement par Netflix.

 

 

SSA - John Scalzi, vous êtes l’auteur de nombreux romans. Votre plus longue série commence avec Le Vieil homme et la Guerre dont l’adaptation Netflix devrait voir le jour bientôt. Quand peut-on espérer la voir ?

 

J.S - On verra ! Ça dépendra de si Netflix aime ou non le script. Pour l’instant, nous en sommes à l’étape ou les scénaristes ont terminé le script. Je ne l’ai pas encore lu, car j’ai fait une tournée avant de venir ici. Mais j’ai vu la façon dont il a été pris en main et j’en suis plutôt content. Ce qui n’arrive presque jamais.

 

Ce qui va se passer, c’est qu’ils vont donner le script à Netflix et que Netflix dira soit oui, et on commencera la production, soit non et il faudra le réécrire ou bien ils abandonneront le projet. Le fait est que lorsque votre travail est sélectionné pour en faire un film ou une série, cela peut être très excitant, mais qu’il y a de nombreux moments où tout peut juste tomber à l’eau. Ce que je veux dire c’est que Le Vieil Homme et la guerre est en développement depuis dix ans et qu’au début, ça devait être un film Paramount Pictures et qu’ensuite, quelques années plus tard, ça devait être une série pour une chaîne de science-fiction. Et maintenant, ça va être un film pour Netflix. Donc, vous voyez, il faut le croire seulement quand ça arrive vraiment et pas en amont.

 

Pour moi, ça a été à la fois frustrant, parce que j’adorerais voir mon œuvre devenir un film, mais de l’autre coté, je préfère prendre le temps, bien faire et avoir au final quelque chose de bon et non seulement quelque chose qui est juste jeté là pour faire de l’argent. Donc on verra, on verra comment les choses tournent.

 

Lire la suite 0 commentaires

Utopiales 2018 : Penguin Highway

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pays : Japon

 

réalisateur : Hiroyasu Ishida

 

Sortie française : 3 mars 2019

 

 

 

 

 

 

 

Le festival des Utopiales 2018, à Nantes, a été l’occasion de découvrir quelques perles cinématographiques dont ce film d’animation japonaise, Penguin Highway.

 

 

 

 

Aoyama est un petit garçon de dix ans un peu trop sérieux pour son âge. Au lieu de s’amuser comme la plupart de ses camarades, il préfère lire et apprendre tout ce qu’il est possible d’apprendre tout en comptant les jours qui le séparent de l’âge adulte. Il est secrètement amoureux de l’assistante du dentiste qui lui apprend à jouer aux échecs et ne rêve que du jour où il l’épousera.

 

 

 

Lire la suite

Utopiales 2018 : l'île du docteur Moreau de 1932

C'est pendant le festival nantais de science-fiction, les Utopiales 2018, que j'ai enfin pu découvrir ce classique du cinéma fantastique, l’île du docteur Moreau de Keaton étant la troisième adaptation du roman de H.G Well publié en 1896, après celles de 1913 et de 1921, et étant considérée comme l'une des plus fidèles et des mieux réalisées.

Un grand classique du cinéma de genre qu'il est plutôt intéressant d'avoir à son registre. 

 

 

 

Réalisateur : Erle C. Keaton

 

Acteurs : Charles Laughton, Richard Arlen, Leila Hyams, Béla Lugosi, Katherine Burke.

 

Naufragé  au large des îles Samoa alors qu'il se rendait à Apia pour y retrouver sa fiancée, Edward Parker est secouru par un navire marchand et soigné par le docteur Montgomery. Il est prévu de le débarquer à Apia, destination du navire, ce qui arrange bien Parker. Malheureusement, après s'être battu avec le capitaine du bateau en prenant la défense d'un étrange homme au faciès étonnamment canin, il est jeté par-dessus bord à la première escale. Une escale destinée à livrer une cargaison d'animaux sauvages à un certain docteur Moreau à la réputation douteuse.

 

 

Forcé d'accepter l'invitation du bon docteur à passer la nuit sur son île avant de pouvoir être transporté jusqu'à Apia, Parker se rend vite compte que quelque chose cloche sur cette île ou le docteur est tout sauf rassurant et où les natifs ont un physique à la limite de la bestialité. Il se retrouve pris au piège entre les griffes du docteur qui souhaite utiliser le jeune homme dans le cadre de l'une de ses expériences. Une expérience en rapport avec une mystérieuse jeune femme qui semble connaître bien peu de choses du monde qui l'entoure.

Lire la suite

Utopiales 2018 : "FRANKENSTEIN" (1931), le monstre incarnant la folie humaine

 

Henry Frankenstein (Colin Clive) est un scientifique rêvant de recréer de toutes pièces un être humain à l'aide de ses connaissances. Avec son assistant Fritz (Dwight Frye), il va donner vie à une créature étrange grâce à des morceaux de cadavres réanimés par la force électrique. Malheureusement, l'expérience tourne rapidement au drame. Le monstre, a qui a été greffé le cerveau d'un criminel, va échapper à leur contrôle et commettre plusieurs meurtres.

 

Réalisation : James Whale

 

Scénaristes : J.W. GARRETT & FRANCIS EDWARD FARAGOH

 

Distribution : 

 

Boris Karloff (La créature ) 

 

Colin Clive  (Henry Frankenstein) 

 

Dwight Frye (Fritz) 

 

Mae Clarke  (Elisabeth) 

 

 

 

Bande originale  : Bernhard Kaun

 

Budget (estimation) : 291 000  $

 

Sortie cinéma  :  21 novembre 1931 (USA)

 

Il y a tout juste 200 ans, Mary Shelley, une jeune femme de la bonne société londonienne, publiait son plus célèbre roman "FRANKENSTEIN ou le Prométhée moderne". Le célèbre monstre présenté dans cette histoire reste  encore aujourd'hui reconnu par le grand public pour le long métrage de 1931. Réalisée par James Whale (« L’Homme invisible » (1933), « La Fiancée de Frankenstein » (1935) ), cette adaptation réussie n’est cependant pas la première transposition à l’écran de l’œuvre de la célèbre romancière.  

Le premier Frankenstein de l’histoire du cinéma date  en réalité de 1910 et ne durait que 16 minutes. Cependant, l’adaptation de Whale est la plus marquante dans l’histoire du septième art. se distinguant des productions du genre par une interprétation convaincante, une photographie en noir et blanc qualité et de splendides décors. Un soin a également été apporté à l'éclairage, à l'image de la première apparition de la créature. Le film fut pourtant réalisé pour Universal avec une somme relativement modeste, 291 000 dollars. Mais James Whale a réussi, grâce à une certaine ingéniosité, à rendre son film attrayant. Il traite ici de questions majeures : les limites de la science et le rejet par la société d'un individu différent. 

L’un des principaux atouts de ce classique reste bien entendu l’interprétation de Boris Karloff dont la démarche mécanique, le visage anguleux et sévère convenait parfaitement au monstre. L’acteur parvient même à émouvoir et à susciter la pitié du téléspectateur. Certes, la créature commet plusieurs meurtres mais le plus souvent ce sont des accidents liés à la naïveté ou la force de la créature. Et lorsque on la voit frappée au fouet par ses créateurs et menacée par des torches en feu, on finit par se demander si le monstre  de cette histoire n’est finalement pas l’Homme.

  

Lire la suite 0 commentaires

Utopiales 2018 : Lifechanger, tuer pour survivre.

Cette année encore, le festival de science-fiction des Utopiales qui se déroule à Nantes nous gâte avec une programmation très riche. Parmi les neuf films présentés pour la compétition internationale de longs-métrages, le canadien Lifechanger est le premier que j’ai pu découvrir.

 

Réalisateur : Justin McConnell

 

Acteurs : Lora Burke, Jack Foley, Rachel VanDuzer, etc.  

 

Lire la suite

Les frères Sisters, un western signé Audiard

 

Date de sortie : 19 septembre 2018

 

Réalisateur : Jacques Audiard

 

Acteurs : Joaquin Phoenix (Charlie Sisters), John C. Reilly (Eli Sisters), Jake Gyllenhaal (John Morris), Riz Ahmed (Hermann Kermit Warm).

 

Lire la suite 0 commentaires

A Day (Ha-roo)

  

Un film de Jo Sun-Ho réalisé en 2017

 

Avec Kim Myung-Min dans le rôle de Kim Joon-Young,

Byun Yo-Han dans le rôle de Lee Min-Chul,

Yoo Jae-Myung dans le rôle de Kang-Sik,

Shin Hye-Sun dans le rôle de Mi-Kyung,

Jo Eun-Hyung dans le rôle de Eun-Jung.

  

 

 

Deuxième film découvert aux Utopiales après Hostile, A Day a été pour moi la confirmation d’une programmation résolument ambitieuse. Voici comment je résumerais le postulat de ce très bon film : si la vie vous offrait la chance de revivre la journée d’un drame tragique, vous feriez tout pour l’éviter. Mais si quoi que vous fassiez, la tragédie se répétait, la chance ne revêtirait-elle pas des airs de malédiction ? 

 

Fans de boucles temporelles, ce film est pour vous !

 

Kim Joon-Young, chirurgien renommé, a une relation en dents de scie avec sa fille Eun-Jung, une préadolescente à fossettes qui aime les jeux vidéo, se plaindre de son père à ses amis et écouter trop fort de la K-pop dans son lecteur MP3. De retour d’un voyage d’affaires à l’étranger, il s’arrête sur la scène d’un triple accident mortel dont sa fille est l’une des victimes. Horrifié, il a à peine le temps de se pencher sur le corps sans vie de son enfant que soudain, il se trouve de nouveau dans l’avion sur le point d’atterrir, après quoi sa journée recommence. 

 

Dès lors, notre médecin séoulien n’aura de cesse de tenter par tous les moyens d’empêcher l’accident et surtout, de sauver Eun-Jung. Au passage, il se découvrira un allié, Min-Chul, qui revit comme lui les quelques heures avant l’accident, et ils devront compter avec les agissements délibérés d'un ennemi commun avant de comprendre les raisons de ce qui leur arrive et la manière de sortir de ce cercle infernal. Pendant quatre-vingt dix minutes d’une course effrénée contre la montre, le schéma se répète, bien sûr, mais jamais à l’identique. L’action laisse à mi-parcours plus de place à l’émotion, aux regrets, aux confessions. 

 

Lire la suite 0 commentaires

Hostile

La sélection internationale de films de l’édition 2017 des Utopiales, festival international de science-fiction de Nantes, a été l’occasion de découvrir ce petit ovni du genre.

Premier long métrage du réalisateur français Mathieu Turi, tourné en anglais, Hostile mélange habilement les codes, du film post-apocalyptique à l’horreur, de la romance au huis clos angoissant.

Nous sommes quelques années après notre ère, une catastrophe inconnue a vidé les grandes villes de toute vie. Juliette conduit seule à travers le désert à la recherche d’un peu de nourriture pour un petit groupe de survivants. Mais les étals des supérettes laissées à l’abandon sont vides et l’on se demande s’il reste du gibier, des champs, dans ce monde en peine. Nous avons donc rapidement peu d’espoir pour la survie de l’espèce humaine.

 

L’ambiance est pesante et on se rend compte rapidement qu’un autre mal rôde, tapi dans les ténèbres, obligeant les êtres humains à fuir l’obscurité et à craindre la tombée de la nuit. 

 

La voiture quitte la route, Juliette est bloquée dans le véhicule, la jambe brisée et le soleil se couche.

 

C’est ici que le passé commence à se mêler au présent  et que l’on découvre, au travers de flashbacks, l’homme qui a marqué la vie de Juliette, Jack. Grégory Fitoussi, qui a fait bien du chemin, en vingt ans, depuis Sous le soleil, est impeccable dans le rôle. Tout comme Brittany Ashworth à qui il donne la réplique. 

J’ai beaucoup aimé l’ambiance de huis clos du film, propice à la tension, mêlée aux codes de l’horreur. Le passé de Juliette est poignant bien que les flashbacks créent une cassure dans la narration, voire quelques longueurs mais tout est ici indispensable. 

Lire la suite

Salyut-7

Le 19 avril 1982, est lancée par l’URSS la dernière station spatiale du programme Saliout, Saliout-7. En juin 1985, tout contact avec la station est soudainement perdu, plus rien ne fonctionne et la station se retrouve en roue libre, en orbite basse autour de la Terre, risquant de s’écraser à la surface de la planète sans qu’il soit possible de déterminer où sa chute la mènera et le nombre de morts qu’elle causera.

Une seule solution dans un climat de guerre froide où les américains peuvent décider à tout moment de prendre les choses en main, au risque de briser l’équilibre précaire entre les deux puissances mondiales : envoyer un équipage dans l’espace pour se rendre compte des dégâts, réparer la station si possible ou la détruire pour éviter que la technologie ne tombe entre les mains des américains.

Le film Salyut-7, revient sur cette mission de sauvetage sans pareil, en romançant comme il faut l’Histoire pour en faire une histoire visuellement et scénaristiquement délectable.

 

L’ingénieur Viktor Alyokhin est choisi pour faire partie de l’équipage mais il manque un pilote à la mission. Un pilote d’exception puisqu’il va falloir amarrer la navette à une station dont on a perdu tout contrôle et qui tourne sur elle-même sans schéma précis. Le commandant Vladimir Fyodorov, mis à pied après avoir vu une étrange lumière dans l’espace, ce qui a failli coûter la vie à sa coéquipière, est le seul à en être capable. Ce qui donnera lieu à un exploit technique dont on parle encore aujourd’hui et qui ne sera pas le seul de cette mission.

 

Nos deux héros auront à combattre le froid extrême, le feu, le manque de sommeil et les obstacles mis sur leur route pas Saliout-7. Bien sûr, ceux qui se sont renseignés sur le fait historique connaîtront le dénouement mais cela n’enlève rien au charme et à la tension du film.

Salyut-7 se savoure d’un bout à l’autre et c’est ce qui en fait un grand film. Certains le comparent à Gravity mais n’ayant pas vu ce dernier, je vous laisse juger. Il a en tous les cas fait l’unanimité lors de sa diffusion aux Utopiales 2017, Festival international de Science-fiction de Nantes et y a reçu le prix du jury ainsi que celui du public pour la compétition internationale de longs-métrages qui comptait cette année 9 films.

Lire la suite

Wind River

 

Film de Taylor Sheridan sorti en France le 30 août 2017.

 

Casting : Elizabeth Olsen (Jane Banner), Jeremy Renner (Cory Lambert), Kelsey Asbille Chow (Natalie), Gil Birmingham (Martin)...

 

Wind River est un de ces films qui vous laissent un sentiment de beauté et de malaise à la fois lorsque les lumières de la salle obscure se rallument.

Un beau film, un très beau film tant dans la mise en scène, les décors, que dans les sujets évoqués et le jeu poignant des acteurs.

 

Cory Lambert est garde-chasse dans la région de la réserve indienne de Wind River, en plein Wyoming. Séparé de sa femme après un drame qui l’a marqué au plus profond de son être, il passe ses journées à traquer les prédateurs ayant un intérêt un peu trop poussé pour le bétail.

 

 

Mais c’est sur la piste d’un autre type de prédateur que Cory va devoir se lancer.

 

À la poursuite d’un lion des montagnes, au cœur de la réserve, Cory découvre le corps enseveli d’une jeune amérindienne, une jeune femme qu’il connaît bien, étant lui-même fortement lié à la communauté indigène. Ce décès va faire remonter à la surface des souvenirs douloureux qui vont attiser sa volonté de retrouver le coupable.

 

Jane Banner, agent du FBI envoyée sur les lieux pour déterminer s’il s’agit d’un meurtre relevant de la compétence fédérale, va découvrir un monde hostile, régi par les lois de la nature et l’isolement dont sont victimes les habitants de la région. Elle n’était pas préparée à la violence qui y règne, aux souffrances des hommes et des femmes, mais va faire preuve jusqu’au bout d’un courage et d’une détermination qui brûlent de réalisme.

 

Qui a attaqué la jeune Natalie, la forçant à courir pieds nus à travers la montagne enneigée jusqu’à ce que la mort ait raison de sa volonté de vivre ?

Quel passé pèse sur le cœur du traqueur ?

Où commence le mal, où s’arrête le bien ? La ligne est parfois floue.

 

Lire la suite 0 commentaires

Skyfall (2012)

 

Sorti en 2012, à l'occasion du 50e anniversaire de la saga cinématographique James Bond, "SKYFALL" marque le retour de Daniel Craig sous les traits du célèbre agent britannique. Silver Screen revient sur cet épisode hors norme de la saga...

 

Réalisation : Sam Mendes

 

Scénaristes : Neal Purvis & Robert Wade

 

Distribution : 

 

Daniel Craig (James Bond) 

 

Javier Bardem (Raoul Silva) 

 

Judi Dench (M) 

 

Ralph Fiennes (Gareth Mallory) 

 

Bérénice Marlohe (Séverine)

 

Bande originale  : Thomas Newman / Adèle

 

Budget (estimation) : 200 millions $

 

Sortie cinéma  :  26 octobre 2012

Dans cette nouvelle aventure, l’agent 007 est envoyé en mission en Turquie. Malheureusement, l'opération tourne rapidement au désastre. James Bond est grièvement blessé et présumé mort tandis que l'identité de tous les agents du MI6 en opérations à travers le monde est dévoilé sur le web. Cette situation de crise amène le gouvernement britannique à remettre en question les compétences de la directrice du MI6, M (Judi Dench). La situation s'aggrave avec une attaque des locaux des services secrets britanniques. C'est à ce moment que James Bond réapparaît, affaibli et diminué. M l'envoie néanmoins sur les traces d’un cybercriminel dénommé Raoul Silva (Javier Bardem)…

 

  

 

Lire la suite 0 commentaires

"Anne With an E", héritière "moderne" des séries de mon enfance

 

Je pense que ce n’est pas un secret pour mes proches : je suis une grande fan de la Petite Maison dans la Prairie. S’il y a une série que je connais sur le bout des doigts, c’est certainement celle-là. De là à m’auto-proclamer experte, il n’y a qu’un pas ! J’en suis parfaitement consciente, les gens retiennent surtout le côté moralisateur de la série. Pourtant, la série explore des thèmes ultra-variés et même souvent modernes (au moins trois épisodes abordent la grossophobie, de nombreux autres le racisme, le handicap, le harcèlement, les maladies mentales…), le tout en variant les genres, du drame à la comédie en passant par la romance, le western et même parfois le thriller. La série ayant débuté vers le milieu des années 70, rien d’étonnant à cela. Toutefois, les images les plus citées, même après des dizaines de rediffusions, restent la chute de la petite Carrie dans le générique de début et Laura qui fait l’avion dans le générique de fin. Bref, les gens connaissent mal la série et c’est dommage, mais c’est ainsi.

 

Lire la suite 0 commentaires

Le murder mystery, un genre en vogue dans les séries

 

En ce moment, trois séries (à ma connaissance) abordent des thèmes similaires : la mort d’un personnage dans des circonstances mystérieuses, le harcèlement et ses conséquences violentes, les rapports de force entre rivaux, les histoires complexes d’amour et d’amitié et les secrets qui secouent une ville en apparence banale. Big Little Lies, Riverdale et 13 Reasons Why sont pourtant des séries aux ambiances différentes. Chacune a opté pour un ton particulier, qu’il penche vers la tragicomédie, le drame adolescent ou le feuilleton à suspense. Je ne comparerais sans doute pas ces trois séries si elles ne sortaient pas en même temps, mais la mode semble décidément être au murder mystery. Voici mon opinion après visionnage :

 

 

          Big Little Lies :     

 

Lire la suite 0 commentaires

Les Figures de l’Ombre (2017)

Film de Théodore Melfi sorti en France le 8 mars 2017.

 

Casting :

 

Taraji P. Henson (Katherine Johnson), Octavia Spencer (Dorothy Vaughan), Janelle Monáe (Mary Jackson), Kevin Costner (Al Harrison), Kirsten Dunst (Vivian Michael), Aldis Hodge (Levi Jackson), Jim Parsons (Paul Stafford), Mahershala Ali (Jim Johnson), Kirsten Dunst (Vivian Michael), Aldis Hodge (Levi Jackson), Jim Parsons (Paul Stafford), Glen Powell (John Glenn).

 

1961, la bataille pour l’espace fait rage entre les Etats-Unis et l’URSS. Après avoir envoyé en orbite de pauvres petits chiens n’ayant pas toujours survécu à l’expérience, les Soviétiques envoient, le 12 avril 1961 leur premier homme dans l’espace, Youri Gagarine.

 

Les Etats-Unis doivent rattraper leur retard et comptent sur les hommes de la NASA pour envoyer leurs premiers pilotes en orbite. Des hommes, oui, mais pas seulement ! Dans l’ombre, des femmes de génie calculent, ordinateurs humains. Des femmes souvent oubliées qui ont pourtant contribué à l’avancée des Etats-Unis dans la conquête spatiale. 

Lire la suite 0 commentaires

"Le Dictateur" (1940) : Quand Chaplin répond à Hitler

Silver Screen revient sur le classique de Charlie Chaplin, son premier film parlant, "Le Dictateur" (1940). 

 

Scénario et réalisation : 

 

Charlie Chaplin

 

Distribution : 

 

Charlie Chaplin (Hynkel/le barbier)

 

Jack Oakie (Napaloni)

 

Reginald Garnier (Shultz)

 

Paulette Godard (Hannah)

 

 

Sortie cinéma :

 

15 octobre 1940 (Etats Unis)

4 avril 1945 (France)

Allemagne de l'Ouest (26 Août 1958)

 

Budget :

 

 2 millions de dollars

 


 

 

Lire la suite 0 commentaires

Amours Chiennes (2000)

Culte à découvrir : Amours Chiennes, le premier film de la Trilogie de la Mort, d’Alejandro Gonzalez Iñarritu

 

 

Distribution : 

 

Emilio Echevarria (El Chivo)

 

Gael Garcia Bernal (Octavio)

 

Goya Toledo (Valeria)

 

Alvaro Guerrero (Daniel)

 

 

Sortie cinéma :

 

14 mai 2000 (Festival de Cannes)

 

 

 


 

 

Lire la suite 0 commentaires

Notre avis sur "Rogue one"

0 commentaires

Terrence Malick : pourquoi c’est bien.

 

« Les films de ce type sont certes esthétiques, mais chiants à mourir ! » « Par pitié, arrête le cinéma ! Tu me saoules ! » « Ennuyeux... Faut se mettre au court métrage ou au clip mais par pitié qu'il arrête les films et longs métrages... » Ces commentaires issus de la page réservée à Terrence Malick sur le site AlloCiné s’opposent à ceux qui considèrent le réalisateur comme « l'un des plus grands réalisateurs en activité. Un génie ! » Une chose est sûre, il divise. Il y a ceux qui aiment et ceux qui détestent. Pas de demi-mesure.

 

Nous n’allons pas parler de sa vie car nous savons peu de chose sur lui et dans le fond, OSEF ! Ce qui compte ce sont ses films car c’est à travers eux qu’il nous parle. Malgré tout, le site AlloCiné vous propose une biographie honnête et pas longue à lire si ça vous branche. La question de la biographie étant évacuée nous pouvons commencer.

Alors, Terrence Malick, pourquoi c’est bien ? Et bien ça ne l’est pas. Comprenez que tout ce qui a trait à l’art relève du subjectif : ce qu’on aime et ce qu’on n’aime pas. Cela s’appelle le goût, en matière d’art mais aussi en matière alimentaire, de loisirs, d’amis, de collègues et de partenaires sexuels parce que oui, on ne va pas renifler le cul de n’importe qui comme on ne va pas payer 10 € une place de cinéma pour voir n’importe quoi. Quoique…

Bref, cet article n’a pas la prétention de vous faire changer d’avis. Sa prétention est autre : vous expliquer pourquoi d’autres (dont moi) aiment ce réalisateur et son cinéma.

On aime parce que, à l’image d’une musique qui nous donne la chair de poule, ce cinéma nous transmet des émotions, de la poésie, du lyrisme. Bref, ça chatoie dans nos yeux et nos cœurs. Ça chatoie mais pas que. Ses films sont intelligents et allons-y avec les gros mots : ils donnent à réfléchir et ça, aujourd’hui, c’est vilain. Pensez-vous ma bonne dame, des films qui poussent à se poser des questions sur notre existence, nos actions et surtout sur les conséquences de nos actions. Ah non !

 

Pas de ça chez nous. Vous reprendrez bien une belle tranche de cinéma insipide à base de super-héros bidons sévèrement assaisonnée de télé réalité et de manichéisme ?

Pour bien comprendre le cinéma de Malick il faut comprendre que ses films sont avant tout des expériences, des voyages où il faut se laisser aller. Le problème est que le spectateur lambda n’est pas/plus habitué à cela. Il consomme. Il achète son ticket et quelque cochonnerie surcalorique, pose son fessier dans un fauteuil élimé et consomme son film pour échapper à une société d’où suinte doucement l’ennui. Reprenons. Terrence Malick nous propose un voyage qui part d’histoires individuelles vers quelque chose d’universel. Et ce n’est pas tout le monde qui peut s’attaquer aux mythes universalistes sans se vautrer lamentablement.

 

Lire la suite 0 commentaires